11/09/2010

Politique belge : Bartzilla contre les nouveaux Power Rangers

Qué djéu dans un aussi ptit pays de ne pas pouvoir s'entendre.

 M'enfin, y a des choses bien plus importantes dans la vie, des choses vitales, essentielles dans un XXIème siècle aux technolgies certes très avancées mais qui nous dépassent et déshumanisent le monde.

Dans notre ptit pays civilisé, des êtres humains meurent de faim, de froid, d'épuisement, de détresse...

 

16:05 Écrit par Josselinne, Jojo pour les intimes dans humour belge, personnalités belges, vidéos belges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/09/2010

No Djîle

Un très beau texte de Marcel Meulemans (1898-1984) de Haine-Saint-Pierre. 

Dèvins l’ pètit djoû qui bokète,
m’arîve in soûrt roûl’mint d’ tamboûr.
In-arlicotâdje dè sounètes
va v’ni cakyî m’ n-orèye a s’ toûr.

C’èst qu’ôdjordû nos stons l’ dîmince
dè no pus bèle fièsse: « Èl Feûreû »
què dju ratind sans nu pacyince…
in djoû qui fét byin dès-eûreûs !

Way ! Dju sè bîn qu’ i gn-a qu’ in Binche,
qu’ pou Sint-Usmé, nos stons dès p’tits
mès quand i sint què l’ Feûreû l’ pinche,
Sint Piére fét s’ pas t’t-ôssi bîn qu’ li.

Way ! Il-a Binche èt co L’ Louviére,
èl Cras Mardi, èl Létâré.
Mès ô Feûreû,  il-a Sint Piére
èt tout Pièrot s’ dwat d’ s’èrdârér…

Mès v’la què l' rantanplan s’ raproche ;
in preùmîn djîle vûde dè s’ méson.
Dj’ intind s’ n-apèrtintaye qu’ arloche
pou rinvèyî tout no coron.

C’è-st-in rambuskâdje qui r’doubèle.
Qui c’èst co qui dmor’roût couchî ?
Dju mèt m’ marone sans sès bèrtèles,
d’ m’inkeûr sans côchètes a mès pîds.

Èt dju m’èstampe pa d’ri m’ fèrnièsse
pou n’ nîn manquî dè l’ vîr passér…
Mès il-èst d’dja la qu’i s’èrdrèsse ;
dju sin m’ keûr bate a tout skètér.

Vrémint ! Come il-a bèle alùre,
pimpè dins s’ costume gayolè !
Chaque coûp d’ maquète fét kér’ a m’sùre
ès’ talon qui r’bôme su l’ pavè.

C’è-st-in bouquèt d’ feû d’artifice
qui bruchôde dèl jwa, dou boneûr !
I tint’roût l’ pinçô d’in-artisse
in v’nant sparde sès tinrès couleûrs.

Èt d’seûr tout, c’èst l’ blanc qui domine
dè s’ tièsse djusqu’ô r’non d’ sès chabots
prèsquè toutes blankes, ès’ pèlèrine,
lès manchètes, lès guètes dè s’ balot !

C’èst blanke, bîn seûr, qu’èle-èst s’ barète
adjustéye d’sous in blanc bridon.
Raguidèz l’ lè d’ pus près ’ne miyète,
c’èst co blancs qu’is sont sès côchons.

I lyi manque co pou fé s’ twalète
çu qui f’ra l’ fyon: ès' wôt capia.
Pa précôcion, on l’ l-a stè mète
ô tchôd pou r’frîsér lès plumas.

Ès’ porteû lyi port’ra t’t-aleûre
su l’ place dou Fond pou fé l’ rondô.
I n’ d-âra qu’ pour li pou l’èskeûre…
Lès djins d-âront leûs-îs t’t-avô…

Dju n’in fini nîn… Din v’la ’ne tone !
Ascoutèz l’ lè martèlér s’ pas.
Intindèz s’ chabot qui résone
su l’ pavè come dès coûps d’ martia ?

  

 

Tout dalant quér sès coumarâdes

C’èst su l’ coûp d’ nèf eûres què lès bindes
s’ront rassimbléyes dins chaque local…
Avû yeûs' nos dalons dèskinde
fièstér nos Rwas dou Carnèval.

 

 Et pour suivre en sons et images, quelques instants du lundi matin du Laetare (carnaval de La Louvière) où le soleil était au rendez-vous cette année. 

 

19:57 Écrit par Josselinne, Jojo pour les intimes dans carnaval belge, festivités belges, personnalités belges, vidéos belges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dikkenek

Rien de mieux que le rire pour commencer une journée pluvieuse dans la bonne humeur.
Et avec François Damiens, on ne s'ennuie pas, bien qu'il énerve tout le monde.

Le pitch :

JC est LE dikkenek belge, un donneur de leçon à cinq balles, un moralisateur, un tombeur de minettes, bref une grande gueule intégrale, coiffé comme un peigne.
Stef, son meilleur ami, est tout le contraire. Il cherche le Grand Amour, dur de le trouver quand on ne quitte pas son lit. JC lui explique donc sa méthode du sans-faute du point A jusqu'au point G.
Entre ces deux points, JC et Stef vont croiser : Claudy, l'affreux directeur des abattoirs d'Anderlecht et photographe amateur (de chair fraîche), Greg, un bébé-manager vissé à son portable qui se fait tabasser par tout le monde et pleurniche comme une fillette, Natacha, une nymphette désoeuvrée, Fabienne, une pauvre petite fille de riches, Nadine, une institutrice qui préfère la schnouf aux tables de multiplication, ainsi que Laurence, une commissaire de police lesbienne fâchée avec les conjugaisons, qui ponctue ses phrases à coups de gros calibre.